Les colères de Lewis

24 novembre 2014

Les mystères de l'informatique

100_0700

Cette image est venue spontanément s'installer en fond f'écran.

Je l'avais depuis longtemps oubliée, alors que je l'ai montrée récemment à une pariesienne de mes amies. Elle n'a pas réussi à reconnaître le plus bel endroit de Paris.

Posté par lewis_carroll à 17:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]


06 octobre 2014

La vie est un éternel recommencement

Ce blogue est vivant

arbre

Posté par lewis_carroll à 16:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2011

J'ai fait un tabac

Bonsoir Monsieur,

moi : 2 paquets, du papier et des filtres pour lutter contre le cancer.

lui : voilà.

moi : et un carnet de timbres.

lui : 26 euros 50, s'il vous plaît.

moi : ben, faudrait penser à arrêter d'écrire.

Posté par lewis_carroll à 20:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 juin 2011

Allô !

Qui est encore en ligne ?

Trop occupé-e-s par des SMS et autres SEXTOS (*).

Est-ce moi qui suis out, vieux jeu (c'est le cas de le dire) ?

Depuis quelques heures, pendant que je cuisine une délicieuse blanquette (de veau local), l'ordi (comme ils disent) a le ventilo dans le rouge. Ce soir, il s'agit d'un jeu de guerre en ligne, un jeu où l'on vise des pays que l'on attaque et que l'on annexe. Comment suis-je aussi calé me demanderez-vous, à juste titre ?

Ben c'est simple : si j'ai bien compris, un des camarades de l'enfant joueur appelle de son forfait bou*g*es néo gratuit sur trois numéros préférés, et élabore avec le susdit enfant joueur des stratégies (mais je pense, personnellement que ce sont plutôt des tactiques) pour décaniller des étrangers et autres résistants.

Glané au passage : "le Danemark, tu vois où c'est ?" "Et l'Afrique du Nord, tu la vois l'Afrique du Nord ?"

(*) SEXTO : mot fétiche de FRIVOLI, qui a déclenché la grande pagaille, en concommitance avec la culotte de qui vous savez. On n'est pas loin de la poule et de l'oeuf : qui du SEXTO ou de la culotte a profondément (si je puis me permettre) changé la donne bloguesque toulousaine ?

elle doit être trop cuite la blanquette.

au fait, vous connaissez la recette du lapin au whisky ?

Posté par lewis_carroll à 20:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 juin 2011

Glissement...

sémantique :

pendant des années nous n'avons (vous n'avez) eu à connaître que du Colonel Khadafi, même quand il plantait ses tentes dans les jardins de l'Elysée, de Matignon ou du Tracadero. J'adore le Trocadero, du latin TROC (échange) et DERO (rugbyman).

Depuis quelques semaines (depuis qu'il prend des bombes occidentales sur la tête, en fait), le colonel Khadafi est devenu Mouammar Khadafi. Le prénom, loin de montrer du respect, devient donc une négation de son rang. Colonel, c'est pas mal dans la hiérarchie militaire. J'en connais même certaines pour qui Le Colonel était une référence en matière de... mais je m'égare. Ce colonel-là, n'avait paraît-il pas besoin de vi*gra pour poursuivre ses conquêtes (normal pour un militaire) dans les couloirs de la caserne. L'ex-colonel Khadafi fournit ses hommes (???) en pilules bleues.

C'est terrible, à chaque fois que j'entens le mot VIOL, j'ai en tête ce film, que j'avais vu, étant étudiant.

La pluie vous rafraîchisse.

Posté par lewis_carroll à 22:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]


15 janvier 2011

Dictateur

Bonsoir, lecteurs sachant lecter, c'est pas pour me vanter, mais j'ai enfin compris, après des dizaines d'années de recherche comment devenir dictateur :
Il suffit de se faire lourder par le peuple, en légitime colère : notre République (La France) a changé sa façon de nommer l'ex-président tunisien. Avant le jasmin, c'était le président, maintenant, c'est "Le Dictateur"
Étonnant, non !

PS : on me susurre dans l'oreillette "c'était un dictateur et on ne le savait pas ?"

Posté par lewis_carroll à 20:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 décembre 2010

Vive le XV

tiens une blogochaîne, pour réveiller un blogue en blogopause.
Ma webmaîtresse préférée m'a gentiment demandé de lui donner XV auteurs qui m'ont marqué.

Victor HUGO : les misérables, 93
Gabriel GARCIA MARQUEZ : 100 ans de solitude
George SAND : la mare au diable et sa correspondance avec le suivant
Gustave FLAUBERT : mâme Bovary, Salammbô et sa correspondance avec la précédente
René GOSCINNY : pour le discours de sa fille Anne lors de l'inauguration de l'école éponyme
Pierre DESPROGES : pour l'ensemble de son œuvre et ses origines limousines
Lester BROWN : le plan B
Fred VARGAS : pour l'ensemble de son œuvre et son texte de 2008
Claude LANZMANN : le lièvre de patagonie et shoah
Didier DAENINCKX : parce qu'il a un nom à coucher dehors et l'ensemble de son oeuvre
Jan POTOCKI : la manuscrit trouvé à saragosse
Jean de la FONTAINE : le corbeau et le renard (le fabuleux fabuliste)
Edmond ROSTAND : Cyrano (de Bergerac) et sa maison à Cambo les Bains
Jules VERNE : michel strogoff ; le premier livre que je me souviens d'avoir lu
ROUSSEAU : le code de la route

Bon dimanche

Posté par lewis_carroll à 17:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 novembre 2010

Voyage à T.

Bonsoir,

j'ai travaillé la semaine dernière dans la bonne ville de T.
En écolo consciencieux, j'ai fait confiance à la SNCF : elle m'a fait aimer le train.
Je pris donc le train de 6h09, direct pour T.
Lecture ensommeillée, visualisation compassée des sommets enneigés, sommeillage matudinal : telles étaient mes occupations dans le rapide qui me menait à T.
Comme à l'accoutumée, en garçon prévoyant, j'allais uriner les mains dans les poches, peu de temps avant l'arrivée prévue à T., non sans avoir demandé à mon camarade de compartiment, car c'était un de ces wagons à compartiment comme autrefois, de surveiller mon cartable, dans lequel j'avais réussi à glisser non seulement mes affaires de classe, mais aussi mon slip, mes chaussettes sèches et ma chemise de rechange.
J'urine donc.
Je me lave les mains.
Je sors des toilettes.
Non, je ne sors pas : il n'y a pas de poignée à l'intérieur des WC : les WC étaient fermés de l'intérieur.
Je me mets donc, rempli d'adrénaline, à tambouriner sur la porte, craignant déjà de me retrouver enfermé jusqu'à L. ou P. ou B. (terminus du train) et de rater par là même mon cours : adieu veaux, vaches, cochons, poulets.
Le contrôleur est heureusement passé par là et m'a délivré.
Ouf.

Posté par lewis_carroll à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2010

Histoire belge

Nous sommes tous des belges, pas des cons, des belges.
La partition de la Belgique en deux régions (pays ?) autonomes plus un district fédéral (Bruxelles) est une chance pour l'Europe. Il se pourrait qu'adhère à cette fédéralité des régions bien avancées vers l'autonomie : le Pays Basque unifié, la Catalogne, l'Alsace et la Lorraine, la Corse, Neuilly, la Bratagne (avec la Loire-Atlantique). Il ne manquerait plus que quelques régions mineures pour que la Fédération Européenne ne naisse dans les faits.

Posté par lewis_carroll à 13:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 mars 2010

Votez, votons

Votez, faites voter pour les listes EUROPE ÉCOLOGIE

Posté par lewis_carroll à 19:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]